_t__20091

Oléron, la plus vaste des îles métropolitaines françaises après la Corse (35 km de longueur, 12 km dans sa plus grande largeur, 34 mètres à son point culminant (à la dune de Saint Trojan), 90 km de côtes, une superficie de 175 km2, 19 000 habitants permanents), est demeurée des origines à la Seconde Guerre mondiale un site stratégique très convoité, qui se trouve inclus tant dans le système de défense des côtes de Vauban, que dans le mur de l'Atlantique. Les communautés religieuses, implantées très tôt à Saint Georges, au Château ou à Saint Denis, y ont développé salines et vignobles, qui devaient faire sa richesse. Dès le 12ème siècle en effet, l'île vend ses produits à l'Angleterre et aux pays du Nord de l'Europe et son expérience du commerce permet à ses hommes de loi de concevoir le premier code maritime européen : les rôles d'Oléron, que complète le coutumier d'Oléron. La douceur de son climat et la beauté de ses plages ont attiré dès la fin du 19ème siècle quantité de touristes. Toujours nombreux, ceux-ci sont aujourd'hui conquis par ses villages aux maisons basses, ses paysages dégagés parcourus par de pittoresques petites routes, ses vastes forêts, ses plages de sable fin, ses petits ports, marais et chenaux, devenus le domaine des ostréiculteurs.

Je vous invite à parcourir cette île lumineuse, soit en passant par tous ces petits villages, de Chassiron à Saint-Trojan, qui sont tous illustrés par une carte postale ancienne dont je fais la collection (j'en possède actuellement 1574), soit en parcourant différents thèmes vous présentant des aspects intéressants de la vie sur l'île.